Pourquoi le gluten te cause de l’acné ?

Après t’avoir parlé des méfaits du lait de vache ici, et de celui du sucre ici, je m’attaque cette fois-ci au gluten et sur son rapport direct avec l’acné. L’intolérance au gluten est un sujet que je connais sur le bout des doigts, et que je maîtrise particulièrement, puisque directement concernée. Il s’agit de la plus grosse de mes bêtes noires (même les araignées et les cafards ne me font pas autant de misères !!). 
 
Mais qu’est-ce que le gluten ? Comment agit-il sur notre peau et nos intestins? Comment s’en débarrasser? Peut-on vivre sans gluten ??!! (Oui, oui, on peut, et heureusement, sinon je ne serais plus là pour en parler)

Si tu veux tout savoir sur le « méchant » gluten et son effet sur l’acné, lis la suite …

 

Si tu arrives sur ce blog pour la première fois, tu seras peut-être intéressé par mon guide GRATUIT « Les 5 clés d’une peau saine sans acné ». Tu peux le recevoir en cliquant ici.
 

LE GLUTEN, C’EST QUOI ?

 

Le gluten est un mélange de protéines qu’on retrouve abondamment dans le blé et ses dérivés comme l’avoine, l’épeautre, l’orge ou le seigle.
 
Il est responsable de nombreux problèmes de santé, aussi bien au niveau cutané qu’au niveau intestinal.
 
Le gluten, une fois absorbé par l’organisme, va créer chez les personnes sensibles ou intolérantes une inflammation générale.
 
Comment ? le gluten s’agglutine sur les parois de l’intestin et forme une espèce de colle très difficile à éliminer, ce qui va provoquer un mauvais fonctionnement du système digestif.
 
Or, des intestins malades, c’est un corps et une peau en mauvaise santé. Il en résulte une malabsorption des nutriments et une détérioration de la flore intestinale, due à le fermentation des aliments dans l’intestin.
 
Alors qu’ils ne devraient que passer rapidement dans les intestins pour être éliminer naturellement, ils stagnent à cause de la »colle ». Cela provoque des douleurs intestinales chroniques du type spasmes, ballonnements, lourdeurs (Vive le Rennie Deflatine !!). Mais tu peux aussi ressentir de la fatigue continuelle, des maux de tête, des douleurs articulaires et des problèmes cutanés (eczéma, psoriasis, et bien sûr acné).
 
Le corps étant en souffrance et en état d’inflammation générale, celle-ci se manifeste sous n’importe quelle forme que ce soit. La peau est un émonctoire, et quand les autres émonctoires (intestins, reins, poumons, foie) sont saturés, cela passe bien souvent par elle. C’est ce qui explique les poussées d’acné.

 

COMMENT SAVOIR SI JE SUIS INTOLERANT(E) AU GLUTEN ?

 
On parle d’intolérance ou de sensibilité au gluten.
 
Nous ne sommes pas tous égaux face au gluten : certaines personnes n’y sont absolument pas sensibles et peuvent manger autant de pain qu’elles veulent. D’autres personnes vont présenter une sensibilité qui aura, certes, des conséquences sur leur santé et leur peau, mais qui pourront continuer à en consommer de temps en temps (c’est mon cas). Enfin, d’autres encore devront l’éliminer complètement sans ne jamais plus y toucher. C’est le cas de la maladie coeliaque, une forme d’intolérance sévère au gluten, qui est par ailleurs une maladie auto-immune.
 
Si tu as des problèmes de peau du type acné et des douleurs intestinales chroniques, il est fort possible que tu sois sensible ou intolérant(e) au gluten.
 
Pour déceler l’intolérance ou la sensibilité au gluten, il n’y a qu’une seule chose à faire : supprimer tous les aliments à base de gluten pendant 1 mois minimum. Si tu y es intolérant, tu ressentiras un mieux-être quasi immédiat.
 
Si tel est le cas en faisant le test alimentaire, je te recommande de demander à ton médecin traitant de réaliser une prise de sang pour mesurer ton taux d’anti-corps transglutaminases qui déterminera si tu es atteint par la maladie coeliaque, ou juste sensible au gluten.
 
Pour que la prise de sang soit révélatrice, tu dois consommer des aliments contenant du gluten de façon régulière pendant au moins 3 mois avant. Si la prise de sang est positive, il faut ensuite faire une biopsie de l’intestin grêle, par coloscopie, pour confirmer le diagnostic.
 
Personnellement, cette étape n’est utile que si tu veux obtenir des remboursements de la sécurité sociale sur les produits sans gluten, mais si la prise de sang est positive, pour moi le constat est sans appel. Et quoi qu’il en soit, le seul traitement à la maladie coeliaque est la suppression pure et dure du gluten de l’alimentation. Est-il alors vraiment nécessaire de se faire enfoncer un tuyau dans le bide pour s’en assurer ??
 
Pour ma part, dès le lendemain de l’arrêt du gluten, je n’avais plus aucune douleur intestinale, et pourtant je peux t’assurer que les crises étaient de plus en plus rapprochées (tous les 1 à 2 jours facile ! je te dis pas la montagne de médicaments qui trônaient dans mon armoire à pharmacie – rennie deflatine, siligaz, meteospasmyl, carbolevure, j’en passe et des meilleurs – j’ai à peu près tout testé en la matière).
 
Au bout de 15 jours, plus de poussées d’acné : les seuls boutons présents sont partis au fur et à mesure. A aujourd’hui, il est clair que si je mange du gluten plusieurs jours d’affilée, je suis sûre de voir une belle colonie de boutons arriver en masse sur mon visage. La seule façon de m’assurer de garder l’acné sous contrôle est de limiter très fortement le gluten.

 

ET SI JE NE SUIS PAS INTOLERANT(E) AU GLUTEN, DOIS-JE LE SUPPRIMER MALGRE TOUT ?

 

Il existe beaucoup de controverses sur cette question. Certains nutritionnistes préconisent d’éliminer le gluten de son alimentation, compte-tenu du fait que le blé d’aujourd’hui est tellement transformé et trafiqué qu’on pourrait parler de « blé OGM », ce qui explique d’ailleurs que de plus en plus de personnes soient sensibles au gluten, et par conséquent, ce type de blé pourrait entraîner beaucoup de problèmes de santé à plus ou moins long terme, même chez les personnes « saines ».

Je n’irais pas forcément jusque là : si tu ne présentes pas de sensibilité particulière au gluten, rien ne t’empêche de continuer à en manger. En revanche, je t’ invite à faire peut-être plus attention à la qualité des blés que tu vas choisir, en privilégiant les blés complets, ou le blé intégral. Pense aussi aux pains de seigle ou d’épeautre moins transformés que le pain blanc. Et pourquoi pas réduire un peu ta consommation de gluten, sans pour autant la supprimer totalement, en alternant les sources de féculents. Le tout est de trouver un bon équilibre !

 

 

QUELS BENEFICES EN ATTENDRE SUR L’ACNE ET SUR MA SANTE ?

 

A supposer que tu sois intolérant(e) ou sensible au gluten, les effets se feront sentir très rapidement.
 
Tout d’abord, au niveau intestinal : EXIT les douleurs abdominales à se plier en 2, fini les ballonnements intempestifs qui te donnent le droit d’avoir une place assise dans les transports ou de passer en priorité à la caisse du supermarché parce-que tout le monde croit que tu es enceinte (« Euh, non, c’est juste que j’ai mangé des macaronis ce midi … Mais qu’est-ce qu’elle raconte celle-là, elle est tarée ?! »)… bref, le rêve !!

Ensuite, du point de vue physique, à toi le corps de rêve, et la taille de guêpe ! A condition de manger équilibré bien sûr et de ne pas se gaver de frites sous prétexte qu’elles sont « gluten free ».Mais surtout, à toi la peau de bombasse sans boutons d’acné pour venir gâcher ton beau visage. Il faut compter quelques semaines pour en voir les effets, mais honnêtement, ils ne sont pas très longs à se faire sentir.

Enfin, du point de vue santé, la suppression du gluten peut t’aider à résoudre plusieurs soucis chroniques tels que les migraines, les allergies, ou encore des dérèglements hormonaux, mais c’est très variable selon les cas.
 
D’ailleurs, le savais-tu ? Les champions de tennis Novak Djokovic et Andy Murray, souffrant tous deux d’allergies respiratoires chroniques, ont complètement supprimé le gluten de leur alimentation, et depuis ils n’ont plus aucun problème de santé de ce côté là, et ont considérablement amélioré leurs performances sportives.

 

 
En ce qui me concerne, l’arrêt du gluten a été MIRACULEUX ! Je n’ai plus d’acné, et je n’ai plus aucun problème digestif depuis que je n’en mange plus, une véritable libération.
 
Si tu penses être concerné(e), saute le pas ! Ce n’est vraiment pas difficile, et on prend vite le pli.
 
Pour aller plus loin sur le sujet, je t’invite à lire ces 2 articles parus sur femininbio.com : « Gluten : tous sensibles au blé modifié ? » & « Gluten et flore intestinale par Marion Kaplan« 
 
Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à me laisser un petit commentaire !

6 Comments

  1. Sab

    De l’acné malgré roacutane ado. Adulte aujourd’hui, et spa diagnostiquée!!!

    1. Bonjour Sab,

      L’alimentation anti-acné, qui est une alimentation avant tout anti-inflammatoire pourrait t’aider à guérir de ton acné et pourrait atténuer les douleurs liées à la spa …

  2. Charlotte

    Bonjour,
    J’ai suivi un régime anti-acné, sans gluten et lactose. J’ai ressenti un mieux être au bout raison quelques jours. Plus de problèmes intestinaux et ma peau s’ameliore enfin. Je me suis demandé si j’avais pas la maladie cœliaque. J’ai fait un test sanguin au bout de 2 mois de réintroduction, j’ai pas tenu plus longtemps. Résultat négatif. Le médecin se demande si j’ai assez réintroduit le gluten et ne me conseille pas de faire une biopsie. Du coup, je suis toujours dans le doute. J’ai vu un autre médecin qui me dit que c’est une sensibilité et donc de le limiter mais’ sans le supprimer. Mais je ca veut dire quoi limiter. ? Une fois par semaine ? Je suis perdu ! Surtout qu’au moindre écart, 2 ou 3 jours après je suis pas bien… Fais-tu des écarts ? Et de combien par semaine ou par jour ?

    1. Bonjour Charlotte,

      je suis assez d’accord avec le 2ème médecin, tu as très certainement une sensibilité au gluten non coeliaque (crois-moi que si tu avais la maladie coeliaque, tu n’aurais pas tenu plus d’une semaine à la ré-introduction !!). Je suis moi même sensible au gluten non coeliaque, et j’ai un ami qui lui est vraiment « coeliaque », y’a pas photo entre nous 2 ! Le concernant, c’est limite les urgences quand il en mange ne serait-ce qu’une miette !

      Pour ce qui est de la quantité que tu peux manger par semaine, cela va dépendre de ta propre sensibilité, il faut que tu sois à l’écoute de ton corps.

      Déjà, je te conseille de ne pas en manger 2 jours d’affilé, l’idéal étant 1 fois par semaine. Le gluten met environ 5 jours à être totalement métabolisé et éliminé de l’organisme, donc idéalement, il faudrait respecter cet écart de 5 jours entre 2 repas « gluténiants ».

      Pour ma part, il fut un temps durant lequel je ne supportais plus du tout d’en manger (2 heures après, je me retrouvais avec une migraine carabinée systématiquement). Du coup, je n’en ai plus du tout mangé pendant 1 an. Durant cette période, j’ai entrepris de réparer mes intestins, ce que je suis parvenue à faire. Et au jour d’aujourd’hui, je peux en re-manger de temps en temps sans qu’il n’y ait trop de dégâts. Mais j’évite d’en manger le plus possible malgré tout parce que je sais que ce n’est pas bon pour moi. Au niveau des quantités, c’est très variable selon les périodes. Mais quand je vais trop loin, mon corps n’oublie jamais de me le rappeler… Dès que tu sens le moindre inconfort au niveau digestif, au niveau de la peau ou tout autre manifestation (migraine, douleur articulaire, etc …), c’est que tu as dépassé ta capacité de tolérance.

      C’est à toi de tester ton niveau de tolérance et de jauger quand tu vois que tu as été trop loin. A force de tester, tu sauras exactement quelle quantité te convient !
      Maintenant, rien ne te force à en manger si tu ne le souhaites pas.

      Par ailleurs, je te conseille de choisir du blé intégral ou du petit épeautre, une variété de blé très ancienne. Ils contiennent beaucoup moins de gluten et sont beaucoup mieux tolérés. Et très honnêtement, il n’y a aucune différence avec le blé tendre si ce n’est la couleur qui est plus foncé et la texture un peu plus dur (il suffit juste de bien cuire les pâtes).

      J’espère t’avoir éclairer !

      A bientôt

      1. Charlotte

        Hello !
        Merci pour ta réponse qui m’aide grandement. Je vais continuer de tester mon degré de tolerence. Comment as-tu réussi à réparer tes intestins ? As-tu entrepris une détox du foie aussi ?
        Ce matin j’ai eu rdv avec un dermatologue, je suis pas ressorti avec des réponses… mais plutôt des interrogations comme d’habitude. Avec pour seule solution : le roaccutane. J’ai commencé des séances de LED… mais bon elle m’a clairement dit que mon acné va revenir a l´arrêt du traitement… mais bon le but est d’attendre que ma pilule fasse effet.. bref encore désespérée !

        1. Le protocole de traitement pour réparer les intestins est individuel, ça dépend des cas et de ce qu’il y a à réparer.

          Je fais une détox du foie 2 fois par an pendant 20 jours sous forme d’ampoule. Aujourd’hui que je n’ai plus d’acné, ça va, je gère. Mais quand j’avais de l’acné, j’en ai fait une, et tout est ressorti puissance 10. C’est dur ! Je préfère la manière douce personnellement quand il s’agit de traiter l’acné.

          Espérons que ta pilule sera efficace sur ton acné. Mais dès que tu l’arrêteras, l’acné reviendra.

          Tu la prends uniquement pour l’acné ou à visée contraceptive ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *